fbpx

À la Découverte de la Motricité Libre

Souvent en tant que parent, vous pouvez vous sentir « agressé » par tous les nouveaux concepts qui pullulent autour de la parentalité. Cela est bien normal puisqu’ils sont de plus en plus nombreux.

Cependant, sachez que la plupart de ces concepts ne sont pas nouveaux. En effet, la nouveauté est qu’ils sont aujourd’hui reconnus « utiles » grâce à des études scientifiques ciblées. Un peu à l’image de la motricité libre apparue dans les années soixante grâce au Dr Emmi Pikler.

Cet article vous explique tout sur ce concept mettant en lumière le développement moteur de votre enfant.

Qu’est-ce que la Motricité Libre ?

La motricité libre est « inventée » par un pédiatre le Dr Emmi Pikler dans la pouponnière qu’elle dirige à Budapest, l’institut Loczy¹. Cette pédiatre est persuadée dès les années soixante que l’enfant est doué de sensibilité et d’intelligence². Elle décide donc de ne pas intervenir dans son développement moteur en le laissant libre de ses mouvements dans un espace sécurisé. Il est à noter que « ne pas intervenir » ne signifie pas « ne pas surveiller ».

Le but est bien de laisser l’enfant s’approprier son environnement et son corps dès son plus jeune âge. Ainsi lorsqu’il grandit, il peut faire appel à ses propres ressources motrices pour résoudre un problème. Bien évidemment, tout cela doit se faire dans un environnement sécurisé pour que l’adulte ne soit pas dans l’obligation d’intervenir.

À la suite de ses recherches, elle découvre donc que l’enfant acquiert un développement moteur dans un ordre précis. De plus, elle met en évidence les répercussions positives sur le psychisme de celui-ci.

Il est certain que la motricité libre permet à un enfant de prendre confiance en lui, d’avoir confiance en son jugement, d’appréhender le monde et les autres avec bienveillance.

Grâce à la motricité libre, vous apportez à votre enfant la possibilité d’être acteur de sa propre vie.

Comment Mettre en Pratique la Motricité Libre en tant que Parent

Vous vous demandez certainement comment mettre en action ce concept. Sachez qu’il est simple à mettre en œuvre puisqu’il vous demande peu de matériel. Les ressources les plus importantes à utiliser pour la motricité libre sont la confiance en vous et la confiance en votre enfant.

Pour vous exercer à la motricité libre, vous devrez créer un espace sécurisé pour votre enfant dès sa naissance. Celui-ci évoluera au fil du temps.

Lorsque votre enfant naît, cet espace est un tapis de sol transformé en petit cocon. Il est important les premiers jours que votre enfant se sente contenu, ainsi il sent et il reconnaît les limites de son corps. Vous ne le savez pas encore mais c’est le début de l’apprentissage et de la découverte pour lui.

Nul besoin de le surstimuler avec une montagne de jouets, « l’enfant découvre beaucoup avec peu ». En effet, ce monde est nouveau et les découvertes sont grandes au quotidien.

Plus votre enfant grandit, plus il occupe de la place sur ce tapis de sol. Faites-lui confiance, c’est bien lui qui vous montrera ses possibilités et ses capacités de développement.

« Ne faites pas à la place de votre enfant » est certainement la règle la plus importante à apprendre en termes de motricité libre.

Ne l’asseyez pas s’il ne sait pas s’asseoir³, ne lui tenez pas les bras pour qu’il puisse marcher… Faites-lui confiance, votre enfant saura faire tout cela lorsque le temps sera venu !

Lorsque votre enfant grandit, agrandissez l’espace sécurisé, adaptez-le à ces nouvelles possibilités. Mais surtout n’intervenez pas en cas de problème moteur.

Si votre enfant ne semble pas trouver la solution, encouragez, accompagnez, aiguillez pour qu’il sorte de lui-même de son dilemme. Il n’y a rien de plus gratifiant que ce soit pour un enfant ou un adulte de se sortir d’une situation difficile par ses propres ressources.

Sachez qu’en motricité libre, vous n’avez pas besoin de transat ni de trotteur (cet élément est même dangereux dans le développement moteur de votre enfant).

Il y a tellement à dire sur la motricité libre ou spontanée qu’un article semble bien dérisoire. N’hésitez pas à vous documenter ou à vous renseigner sur cette notion indispensable du développement psychomoteur de votre enfant.

Vous vous rendrez vite compte qu’avec peu de matériel vous pourrez assurer à votre enfant un bien-être incroyable !

¹ D’ailleurs si vous avez des enfants en crèche, il n’est pas rare que le projet pédagogique fasse mention à la pédagogie Loczy ou encore à la méthode Pikler Loczy. Cela signifie que les professionnels de cet établissement s’appuient sur les travaux de cette pédiatre pour mener les actions et les interactions au sein de la crèche.

² Cela prête à sourire aujourd’hui, pourtant dans les années soixante l’enfant n’était pas considéré comme une personne. Il était même dit qu’un nourrisson ne ressentait pas la douleur. La pensée d’Emmi Pikler est donc totalement atypique pour son époque.

³ Une information importante, l’adage veut qu’un enfant sache s’asseoir aux alentours de six mois, cela est à prendre avec de la mesure. Cet adage signifie qu’à cette période votre enfant tient la position assise, il ne sait pas se mettre tout seul dans cette position. Il va faire appel à un nombre incroyable de muscles dans les mois qui suivent pour y arriver. Laissez-le s’entraîner !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *